• Apéro, soleil
    L'apero après le boulot...

  • VACANCES
    C'est les vacances allez chercher la tiédeur sous les cocotiers.

Google Now Ok Google : La liste des commandes vocales sous Android – FrAndroid

Posted by: | Posted on: juillet 17, 2016

La voix est à l’honneur depuis le lancement de KitKat, qui autorise le lancement intelligent de la commande vocale d’un simple « OK Google » sur l’écran d’

Source : Google Now Ok Google : La liste des commandes vocales sous Android – FrAndroid


WLFC

Posted by: | Posted on: juillet 16, 2016


Videos cools

Posted by: | Posted on: juillet 16, 2016


Decathlon lui a-t-il volé son invention ?

Posted by: | Posted on: juillet 16, 2016

Un entrepreneur parisien accuse le distributeur d’avoir copié son savoir-faire dans les puces RFID. Une chose est sûre, travailler avec le colosse, c’est sportif.

Source : Decathlon lui a-t-il volé son invention ?


LE TERRORISME

Posted by: | Posted on: juillet 15, 2016

Par: Jacques Menegoz

Et si nous essayions d’analyser les causes profondes, historiques, du terrorisme qui nous touche en occident ?

Je vous renvoie à une analyse que j’ai faite avec l’aide d’historiens variés. C’est la 3 ème fois que je mets ce texte sur Mediapart et je m’excuse de cette repétition aupres de ceux qui l’auraient dejà lu. J’ai obtenu 20 mentions « recommandé » de la part des lecteurs et cela m’encourage dans cette démarche bien que Mediapart n’ait pas voulu me publier en premiere page des blogs ( Je pense que c’est à cause de ma critique trop forte d’Israel, Mediapart n’ayant jamais voulu critiquer Israel de maniere frontale).

Voici ce texte:

Occident terroriste et attentats terroristes en France et en Belgique.

Les puissances occidentales, depuis la chute de l’empire ottoman, ont occupé par la force le Moyen Orient pour une raison principale, le pétrole qui s’y trouve. Les attentats islamistes extrémistes terroristes perpétrés en France et à Bruxelles récemment sont-ils une conséquence de cette occupation? Ce texte tente de répondre à cette question.

Tout d’abord une définition: le terrorisme, ce mot utilisé si frequemment, quelle est sa signification reelle ? Je voudrais ici rapporter la définition de ce mot telle qu’elle a été analysée par Noam Chomsky et Gilbert Achcar dans un livre bien connu publié en 2006  en français chez Fayard et qui s’intitule : »La poudrière du  Moyen-Orient ».

Noam Chomsky est un linguiste célèbre, tres connu par ailleurs pour ses analyses de la politique étrangère des U.S.A. Il est professeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Gilbert Achcar,originaire du Liban, a d’abord enseigné les sciences politiques à l’université Paris VIII avant d’être nommé professeur à la School of Oriental and African Studies à l’université de Londres.

Pour citer Gilbert Achcar ou Noam Chomsky qui parlent j’ouvrirai des guillemet simples , », et lorsqu’eux memes citent quelqu’un j’utiliserai des doubles guillemets: » ».

Noam Chomsky dans ce livre rapporte tout d’abord la définition du code officiel des lois etats-unien: je le cite:  » Cette définition precise que le terrorisme est «  » l’usage delibéré de la violence ou de la menace de la violence pour atteindre des objectifs qui sont de nature politique, religieuse ou  idéologique par le recours à l’intimidation ou à la coercition ou en inspirant la peur » ».Cette definition est pour l’essentiel,identique à l’actuelle définition officielle britannique.La definition etats-unienne a toutefois été abrogée en pratique, vraisemblablement en raison de ses evidentes implications.Car si on l’interprète litteralement,il s’avère, de manière presque immediate,que les Etats Unis sont au premier rang des etats terroristes « .

Ensuite Noam Chomsky rapporte une définition de l’ONU , je le cite: « Ainsi,sous les pressions de l’administration Reagan,les Nations unies ont adopté diverses résolutions sur le terrorisme.La première remonte à décembre 1987 et condamne le crime du terrorisme dans les termes les plus énergiques; elle demande à tous les etats de collaborer afin d’éradiquer ce fleau et ainsi de suite; il s’agit d’une résolution longue et détaillée. Elle a été adoptée par 153 voix contre 2 avec 1 abstention, celle du Honduras. Les 2 états qui s’y sont opposés sont les USA et Israel.Les ambassadeurs des deux états ont expliqué leur vote au cours des déliberations de l’assemblée générale.Ils ont fait remarquer qu’il y a dans la résolution un passage offensant, qui stipule en effet que «  »rien dans la présente résolution ne saurait d’une quelconque façon porter prejudice au droit à l’autodetermination,à la liberté et à l’independance, tel que consacré par la Charte des Nations Unies, des peuples privés de ce droit par la contrainte , particulierement les peuples sous régime colonial et raciste ou sous occupation etrangère ou sous toute autre forme de domination coloniale, ni, conformement aux principes de la Charte et à la declaration susmentionnée, au droit de ces peuples de lutter à cette fin et de chercher et d’obtenir du soutien » ». De toute evidence les USA et Israel ne pouvaient pas admettre cela ,car les termes « regime colonial ou raciste »désignaient l’Afrique du Sud,qui etait encore leur alliée sous le regime d’apartheid. Certes,les USA s’etaient joints en principe à l’embargo contre l’Afrique du Sud, mais non dans les faits.Le commerce avec l’Afrique du Sud s’est accru, et l’on a trouvé moyen de contourner l’embargo de manière à ce que Washington puisse continuer à soutenir le regime de Pretoria.  Même chose pour Israël, qui etait en fait un des canaux permettant de contourner l’embargo contre l’Afrique du Sud. En outre, les termes, » »occupation etrangère » » se référaient manifestement à la Cisjordanie, à la bande de Gaza et au plateau du Golan, alors que ni les USA ni Israël ne pouvaient permettre la resistance contre cette occupation, même pas une résistance legitime, qui ne comprend pas, bien entendu, d’attaques terroristes contre des civils. Ainsi, bien qu’il n’existât pas rigoureusement parlant de veto à l’assemblée générale, les USA et Israel ont de facto opposé leur véto à la résolution. »

Et plus loin , toujours dans ce même livre, « La poudrière du Moyen-Orient »,Chomsky continue: »Toutefois, depuis le milieu des années 1980 s’est developpée toute une industrie savante qui produit,notamment,conférences,laborieux ouvrages,réunions des nations unies et ainsi de suite, pour voir si quelqu’un peut résoudre ce «  »très difficile problème » » consistant à définir le terrorisme. On trouve dans les revues juridiques des douzaines de definitions differentes et d’analyses divergentes, et personne ne parvient tout à fait à aboutir. La raison en est parfaitement évidente, mais personne ne veut le reconnaitre. C’est qu’il s’agit de trouver une définition qui exclurait la terreur que NOUS exerçons contre EUX,mais qui inclurait la terreur qu’EUX exercent contre NOUS. Or,cela s’avère plutôt ardu. »

Et plus loin encore: « Du point de vue des décideurs états uniens, la bonne définition du terrorisme serait en pratique la suivante: la terreur est la terreur dans le sens habituel du terme si vous l’exercez contre nous; mais si nous l’exerçons contre vous, elle est bénigne, c’est une intervention humanitaire faite dans de louables intentions.Voila la définition qui est utilisée dans les faits. Si les secteurs instruits de la population étaient honnêtes, c’est cela qu’ils diraient. c’en serait fait de tout ce problème de définition. »

Il faut aussi distinguer le terrorisme gouvernemental, pratiqué par des états, le terrorisme intergouvernemental, pratiqué parfois par des entités comme l’Otan qui regroupe plusieurs pays ,et un terrorisme non gouvernemental dont un exemple est donné par les attentats survenus en France en janvier et en novembre 2015.

Nous utiliserons évidemment la définition officielle du terrorisme, adoptée par les USA : Le terrorisme est l’usage délibéré de la violence ou de la menace de la violence pour atteindre des objectifs qui sont de nature politique, religieuse ou ideologique par le recours à l’intimidation ou à la coercition ou en inspirant la peur ». Cette définition du terrorisme étant posée, nous allons l’analyser, tel qu’il s’exerce au Moyen-Orient depuis le début du 20 ème siècle. Pour ce faire j’ai utilisé quelques livres d’auteurs differents, qui ne sont sans doute pas d’accord sur tout avec Noam Chomsky et Gilbert Achcar. Mais il est remarquable que leurs analyses ne se contre disent pas sur l’essentiel, mais que souvent elles se completent .

Voici ces auteurs: 1/ Myriam Benraad auteur de : »Irak,la revanche de l’histoire, de l’occupation etrangère à l’etat islamique » editions vendémiaire et aussi: »Irak:de Babylone à l’état islamique,idées reçues sur une nation complexe »editions le cavalier bleu.

2/ Georges Corm: »Histoire du Moyen-Orient. De l’antiquité à nos jours » editions la decouverte.

3/ Xavier Baron: »Histoire de la Syrie de 1918 à nos jours. » ed:texto

4/ Gilles Kepel: « Fitna »

5/ Gilbert Achcar: « Le peuple veut » ed.Sindbad actes sud et  » La poudrière du moyen orient  » avec Noam Chomsky

6/ Jean Pierre Filiu: « Le nouveau moyen orient, les peuple à l’heure de la revolution syrienne » chez Fayard

7/ Delphine Minoui: « Je vous ecris de Teheran »  ed. Seuil

8/ Noam Chomsky: »La poudrière du moyen-orient » avec Gilbert Achcar chez Fayard

9/ André VLTCHEK avec Noam Chomsky: »L’occident terroriste. D’Hiroshima à la guerre des drones ». Ed.Ecosociété

10/  A propos d’Israel et de la Palestine on peut citer de nombreux auteurs, dans le désordre , qui permettent de comprendre l’histoire de cette région: Ilan Pappe, Hannah Arendt, Edgar Morin, Pierre Vidal Naquet, Noam Chomsky, Alain Gresh, Pierre Stambul, Michel Warschawski , Gilles Deleuze etc..

Cette liste n’est evidemment pas exhaustive, mais ce sont ces auteurs qui m’ont permis d’ecrire ce qui suit.

Tout d’abord: le terrorisme en Arabie Saoudite.

Au debut des années 30, un chef de tribu, Mohammed Ibn Saoud, conquiert la péninsule arabique et s’allie au wahhabisme, composante la plus retrograde et obscurantiste de l’islam integriste, fondée par Mohammed Ibn Abd al-Wahhab , prêcheur integriste musulman du 18 ème siecle. Les Anglais puis les Etats Unis , à la même epoque commencent à decouvrir du pétrole dans cette région. Apres la deuxième guerre mondiale, les Etats Unis supplantent les Anglais dans cette région , la plus riche du monde en pétrole, et s’allient avec la dynastie Saoud et le contrat est le suivant: Les Etats-Unis soutiennent les Saoud dans leur domination sur l’Arabie Saoudite, en échange de quoi, ils pourront exploiter le petrole pratiquement à leur guise en faisant de gros bénéfices. Or le royaume saoudien , dont les 2 piliers sont le wahhabisme et la dynastie Saoud intimement liés, est d’apres Gilbert Achcar, l’état islamique le plus intégriste du monde. C’est l’état le plus obscurantiste, le plus reactionnaire et le plus opprimant pour les femmes. Sa société est arriérée, sclérosée en structure tribale et est soumise à un contrôle religieux qui empeche toute evolution vers les droits de l’homme et la democratie. Et encore aujourd’hui les Etats- Unis soutiennent complètement ce regime à cause du pétrole. Par ailleurs les Saoudiens, d’apres Noam Chomsky , financent largement les variantes les plus extremistes de l’islamisme radical, les madrasas au Pakistan ou des groupes salafistes en Egypte par exemple. D’apres Gilles Kepel, dans son livre Fitna , les USA et l’Arabie Saoudite ont financé des groupes salafistes et des frères musulmans implantés dans des universités aux USA, qui peuvent repandre leurs propagande extremiste haineuse en toute impunité. Et, cerise sur le gateau, des centres de recrutement pour le djihad en Afghanistan ont été ouverts sur le territoire des USA dans les années 80 pour lutter contre l’URSS qui a pénétré en Afghanistan en 1979. On comprend que le Moyen-Orient regorge d’extremistes musulmans ,mobiles dans tout le monde occidental, dont un de leur but ,selon leur doctrine, est de lutter contre les infidèles qu’ils soient juifs, musulmans ou chretiens, dans le monde entier, en France par exemple avec des attentats terroristes. L’existence même du régime saoudien terroriste , soutenu par les Etats-Unis, un état terroriste ( oui les USA!!) selon leur propre définition de ce terme, est donc ,à mon sens, une première cause aux attentats survenus en France en janvier et en novembre 2015.

Ensuite le terrorisme commis par la France et l’Angleterre au Moyen-Orient, apres la guerre de 14-18: en 1916 avec les accords de Sykes Picot, la France et l’Angleterre se partagent ,au détriment des Arabes qui l’habitent, la partie de l’ancien empire ottoman qui se trouve au Moyen-Orient : les Français s’attribuent le Liban et la Syrie et l’Angleterre l’Irak. Les Arabes ne l’entendent pas de la sorte et se révoltent: ce sera la grande révolution de 1920 en Irak qui unit les chiites et les sunnites contre les Anglais. Pendant cette guerre les Anglais bombardent les civiles allègrement. Il faut remarquer que pendant cette lutte contre le colonisateur, les chiites et les sunnites sont alliés. Les medias occidentaux affirment souvent que au Moyen-Orient, la guerre est de nature uniquement  confessionnelle. Rien n’est plus faux,la grande révolution en est un exemple, un autre exemple important est la guerre menée à Fallouja en 2003 par les Etats-Unis contre les Irakiens, les chiites et les sunnites etant unis contre l’oppresseur américain.

En Syrie en 1918 , les arabes aussi seront privés du droit des peuples à disposer d’eux-même. Fayçal ben Hussein, le fils de Hussein ben Ali ,le cherif de La Mecque, libère Damas de la domination ottomane et est proclamé roi de Syrie. Les Français vainquent les arabes en Syrie à la bataille de Maysaloun en 1920 et forcent par les armes Fayçal à s’enfuir. Celui-ci deviendra ,l’année suivante ,en 1921, roi d’Irak, mis en place sur le trône par les Anglais. Les Syriens continuent de resister à l’occupation étrangère française et en 1925, pour garder le pouvoir ,les Français mitraillent et bombardent Damas faisant 10000 morts côté syrien et 3000 du côté de l’armée française. La « révolution nationale » ,comme elle est appelée en Syrie, est donc écrasée par les soldats français mais les Syriens continuent encore et toujours de résister jusqu’à la deuxieme guerre mondiale.A la fin de celle ci De Gaulle bombarde  Damas mais l’indépendance du pays est proclamée en 1946.

De 1921 à 1958 l’Irak est dirigée par le roi Fayçal ben Hussein puis par son fils Ghazi 1er. Ces monarques arabes sont soumis à l’Angleterre. Celle ci dirige en fait l’Irak, garde ses principales bases militaires dans le pays, et exploite pour son compte les gigantesques réserves de pétrole du pays.

Je rappelle ici la définition du terrorisme adoptée officiellement par les Etats-Unis: « Le terrorisme est l’usage délibéré de la violence ou de la menace de la violence pour atteindre des objectifs qui sont de nature politique,religieuse ou ideologique par le recours à l’intimidation ou à la coercition, ou en inspirant la peur ».On constate donc le terrorisme d’état exercé par les Etats unis en Arabie saoudite et par les Français et les Anglais en Syrie et en Irak.

Apres la 2ème guerre mondiale, ce sont les Etats-Unis qui jouent le premier rôle au Moyen-Orient parmi les puissances occidentales colonisatrices, les Français et les Anglais ne sont plus que des comparses mineurs mais complices.

En 1958 ,en Irak, la monarchie tombe et le mouvement des officiers libres prend le pouvoir jusqu’en 1963. Apres quelques peripeties le parti Baas prend le pouvoir en 1968 et le règne de Saddam Hussein débute par l’assassinat  de nombreux opposants: des communistes, des chiites , des kurdes, des progressistes,des enseignants, des radicaux. Dans l’ombre ,les Etats-Unis ont favorisé la venue au pouvoir de Sadddam Hussein en lui fournissant une longue liste de ces opposants qui ont tous été massacrés par le regime baasiste de Saddam. Voir le livre « l’occident terroriste » de Noam Chomsky et André Vltchek, page 106.

Saddam Hussein en 1968 donc prend le pouvoir en Irak avec le parti Baas et devient rapidement un dictateur féroce; en 1980 il décide de faire la guerre à l’Iran pour mettre la main sur ses ressources petrolieres et contrer les chiites du sud de l’Irak qui sont attirés par l’Iran de Khomeiny; c’est une guerre de 8 ans qui commence et Saddam est soutenu par les USA, la France, l’Angleterre et la Russie. Israel soutient , elle, l’Iran; en 1988 le conflit se termine avec ni vainqueurs ni vaincus mais 500 000 morts des 2 cotés; ensuite survient la 2ème guerre du golfe et Saddam Hussein qui voulait mettre la main sur le Koweit est ecrasé par les USA et une coalition occidentale; donc les occidentaux soutiennent Saddam pendant 8 ans et ensuite luttent contre lui….200 000 morts. Puis ce sont de nombreuses années d’embargo contre l’Irak à partir de 1990 qui permettent à Saddam de rester au pouvoir et d’epargner ses partisans les plus proches qui beneficient de la corruption du régime, mais ces années d’embargo achevent de ruiner l’économie irakienne et font 500 000 morts de plus dans la population.

En 2003 quand les USA decident d’attaquer l’Irak et de renverser Saddam Hussein, le pays et son armée sont tres affaiblis par l’embargo, la population est miserable. Mais c’est pour une noble cause: apporter la démocratie, alors que des millions de personnes manifestent dans le monde entier contre cette guerre. En fait c’est pour garder la main mise sur le pétrole que les USA envahissent l’Irak et ,ce faisant , les services de renseignement des USA ont montré que cette guerre en Irak allait augmenter le terrorisme dans le monde. Voir page 21 du livre de Chomsky et Achcar, « La poudrière du Moyen Orient ».  C’est donc sciemment que les USA ont permis l’accroissement du terrorisme en envahissant l’Irak; les USA savent que les attentats de janvier et novembre en France et maintenant à Bruxelle ont été favorisés par leur guerre en Irak.

Cette guerre en Irak, menée par les USA, la 3ème guerre du golfe ( la premiere etant la guerre Iran-Irak de 1980 à 1988, et la 2ème, la guerre de 90-91, menée par la coalition etats-unienne pour contrer la main mise de Saddam Hussein sur le Koweit) s’est révélée être un fiasco total pour ce qui est de la démocratie et du bien être des populations et tous les analystes maintenant savent que Daech, ce régime militaire monstrueux, s’est bâti sur la mise à l’ecart des sunnites dans la reconstruction de l’Irak. En effet, Saddam Hussein, sunnite , ne representait qu’une grosse minorité dominante en Irak; mais les sunnites sous son regne etaient tres nombreux dans l’administration et les cadres de l’armée; les USA en les excluant completement apres la chute de Saddam Hussein, a d’une part detruit l’organisation de la société et d’autre part mecontenté tous ces militaires qui dirigeaient autrefois une armée tres puissante; ce sont ces militaires sunnites qui sont à la base de la formation de l’Etat islamique ou Daech. Il est à noter comme le montre Myriam Benraad dans son livre, « Irak, la revanche de l’histoire » que c’est par une opposition politique non violente que les sunnites ont essayé de retrouver un rôle dans la conduite de l’etat irakien; peine perdue, les dirigeants chiites mis en place par les USA n’ont rien voulu savoir et le résultat en est la naissance de cet  « Etat Islamique » abominable pour qui la démocratie , la laïcité et le nationalisme sont des inventions de l’occident à rejeter à tout prix.

Les USA , apres avoir detruit toute l’administration étatique, civile et sociale de l’Irak en 2003, n’ont rien fait pour proteger les populations laissées à la merci de ce qui allait devenir une guerre civile; les témoignages sont inombrables du mepris et de la violence des militaires etats uniens envers les irakiens et un exemple frappant en est la torture exercée par des militaires etats uniens à l’encontre des prisonniere irakiens dans la prison d’Abou Ghraib pres de Bagdad en 2004. Le but des USA est de mettre à la tête de l’Irak un gouvernement fantoche soumis à sa volonté; et c’est pour cela que le jeu politique démocratique ne pouvait se dérouler dans ce pays comme cela eut été possible, au vu de tous les partis politiques qui se sont constitués et des élections qui ont eu lieu; comme on l’a rarement rapporté en occident, la société civile irakienne etait suffisemment organisée pour se transformer progressivement en démocratie  avec une constitution , un parlement, un gouvernement, des elections et des courants politiques representatifs de la société civile, et cela malgré l’influence religieuse musulmane peu favorable,loin s’en faut, à une evolution démocratique, un peu comme la structure chretienne de notre société en occident a longtemps été un frein à une évolution démocratique.

Donc les USA , non seulement echouent à mettre en place un gouvernement à sa botte, mais se heurtent à une resistance farouche en particulier à Fallouja en 2004 , année pendant laquelle se deroulent 2 batailles d’une rare violence. Les sunnites et les chiites à cette occasion s’allient contre l’envahisseur etats unien. Les militaires etats-uniens, pendant ces 2 guerres ,penetrent de force dans les maisons avec des chiens pour fouiller les habitants, tirent sur des civiles sans vergogne et comble de l’horreur maltraitent les malades et les blessés soignés dans les hopitaux.Ils survolent la ville avec leurs helicopteres et leurs drones et bombardent avec leurs avions sans pitié les populations civiles obligées de s’enfuir . Des milliers de civils et de résistants irakiens sont tués  contre quelques centaines de soldats etats-uniens. Le terrorisme gouvernemental des USA se manifeste à fond à cette occasion. Comme en 1920 les Irakiens se battent contre les occidentaux pour tout simplement exister et faire vivre leur pays.

Les USA agissent ou ont agi de plusieurs manieres dans de nombreux pays du monde pour asseoir leur domination. Ces manieres, les voici: propagande pour decredibiliser un gouvernement en place afin de pouvoir justifier un coup d’état à venir, organisation d’elections truquées, corruption des dirigeants , menaces ou assassinat de ces mêmes dirigeants, financement de partis d’opposition soumis aux USA, et en dernier lieu quand tous ces moyens ne suffisent pas, la guerre. C’est ce qui se passe en Irak depuis 2003, mais les Irakiens ne veulent pas d’un gouvernement fantoche soumis aux USA qui ne les represente pas.  Les USA agissent ou ont agi avec ces differentes methodes dans de nombreux pays: dans presque tous les pays d’ Amerique centrale , dans presque tous les pays d’ Amerique du Sud , apres 1945 au Japon en Italie en Grece, en Arabie Saoudite comme on l’a vu. Les exemples abondent. L’Irak ne fait pas exception, le moyen ici utilisé est la guerre. Il est utile de connaitre la politique étrangère des USA dans le monde pour comprendre ce qui se passe dans un pays paticulier ici l’Irak.

En Iran  les USA ont stoppé net une democratisation du pays et son corollaire , son indépendance.En 1953 le chef de gouvernement élu démocratiquement, Mohammad Mossadegh, est destitué par un coup d’état fomenté par la CIA qui met au pouvoir le Shah,soumis aux USA et dictateur impitoyable du pays jusqu’en 1979, année pendant laquelle l’ayatollah Khomeyni prend le pouvoir avec une république islamique tout aussi tyrannique. L’Iran a maintenant du mal à se doter d’un etat démocratique.Voir le livre passionnant de Delphine Minoui: « Je vous ecris d’Iran »ed. Seuil

Apres l’Arabie Saoudite, la Syrie, l’Irak, l’Iran, victimes du terrorisme occidental, l’exemple le plus frappant du terrorisme occidental exercé au MOyen Orient est sans doute Israel.

On peut simplement résumer l’histoire de la Palestine et d’Israel apres avoir lu les auteurs cités plus haut ( je rappelle: Hannah Arendt, Ilan Pappe,Gilles Deleuze, Michel Warschawski,Pierre Stambul, Noam Chomsky, Edgar Morin entre autres ) en rappelant que en 1948 ,700 000 Palestiniens ont été chassés de chez eux;  Ilan Pappe parle de nettoyage ethnique de la Palestine dans son livre du meme nom .Deja à cette epoque Hannah Harendt qualifiait Menahem Begin, qui allait devenir premier ministre israelien ,de « fasciste », ce sont ses termes. Ensuite l’histoire d’Israel n’est qu’une succession de guerres coloniales et racistes qui visent à expulser définitivement les Palestiniens de chez eux. Beaucoup de juifs , souvent descendants de victimes de la Shoah sont outrés que les Israeliens trahissent l’histoire et la memoire de l’holocauste juif en exterminant les Palestiniens au nom de la Shoah. Lire par exemple le livre de Pierre Stambul: « Israel/Palestine. Du refus d’être complice à l’engagement. » Que notre gouvernement français collabore avec un etat criminel terroriste comme celui d’Israel est consternant  et alimente le desespoir et la colère des Palestiniens et des arabes du moyen orient , qui se traduit par les actes de folie que sont les attentats de Paris de janvier, ceux de novembre ou ceux de Bruxelle aujourd’hui. Quel peuple ,comme le peuple palestinien, accepterait sans reagir de se voir chassé de sa terre , colonisé et parqué comme des sous hommes dans une prison à ciel ouvert qu’est actuellement Gaza ?  Les USA et les Israeliens enfreignent regulierement les dizaines de resolutions de l’ONU votées par toutes les nations du monde pour redonner aux Palestiniens leur pays et leur dignité et permettre aux Israeliens de vivre normalement à coté des Palestiniens dans un seul ou 2 etats.

Donc en etudiant l’histoire des principaux pays du Moyen Orient on comprend qu’il est evident que les attentats terroristes perpetrés en janvier et en novembre à Paris et aujourd’hui à Bruxelles sont une consequence directe des guerres ô combien plus meurtrieres perpetrées par l’occident terroriste depuis la premiere guerre mondiale au Moyen Orient et dont sont victimes l’Arabie Saoudite, la Syrie, l’Irak, l’Iran et la Palestine et j’aurais pu rajouter l’Afghanistan. La France est respectée dans le monde entier pour sa révolution de 1789, qui implique la liberté l’egalité la fraternité et le droit des peuples de disposer d’eux mêmes. Nos dirigeants actuels et tous ceux qui ont pratiqué une politique coloniale atroce en Afrique et au Moyen Orient  ( en notre nom puisqu’ils ont été élus et cela est insupportable) sont des criminels qui ont trahis ces principes fondateurs de notre republique et du droit international. Il faut lutter activement contre eux et soutenir les mouvements progressistes dans tous les pays victimes de ces politiques coloniales et neocoloniales racistes et meurtières qui sont à l’origine des attentats terroristes dramatiques commis chez nous que ce soit en France ,en Belgique ou ailleurs.

Jacques Menegoz


Miam : les barres chocolatées Kinder contiendraient des substances cancérogènes ! | Le Libre Penseur

Posted by: | Posted on: juillet 12, 2016

Que viennent faire des hydrocarbures dans des barres chocolatées destinées aux enfants franchement ?! On se demande après pourquoi les bébés naissent avec des tumeurs grosses comme un abricot ! On …

Source : Miam : les barres chocolatées Kinder contiendraient des substances cancérogènes ! | Le Libre Penseur


Le bikini fête ses 70 ans et est toujours aussi sexy | Cécile Vivier-Guerin

Posted by: | Posted on: juillet 5, 2016

Le 5 juillet 1946, pour la première fois, une femme porte un bikini. Et depuis 70 ans, les femmes lui sont toujours fidèles. Je vous raconte sa folle histoire, et son succès d’aujourd’hui!

Source : Le bikini fête ses 70 ans et est toujours aussi sexy | Cécile Vivier-Guerin


Traitement naturel hallucinant contre la dépression

Posted by: | Posted on: juin 3, 2016

Traitement naturel hallucinant contre la dépression

Source: La Lettre Santé Nature Innovation par Jean-Marc Dupuis
est un service d’information gratuit sur la santé, la nutrition et le bien-être.
Ce nouveau traitement naturel est, littéralement, d’une efficacité hallucinante contre les cas désespérés de dépression !!!

Il s’agit des « champignons magiques », ou champignons hallucinogènes, bien connus de ceux parmi nous qui ont vécu les années 60, les Beatles, « yellow submarine », etc.

Ces « champignons magiques » contiennent de la psilocybine, administrée aux patients sous forme de gélule.

La consommation de ces champignons, très en vogue chez les hippies dans les années 60, est aujourd’hui interdite par la loi.

Toutefois, des scientifiques de l’Imperial College de Londres ont eu l’autorisation de les utiliser dans le cadre d’uneexpérience scientifique.

Ils ont sélectionné 12 patients frappés de dépression grave et, jusque là, ayant résisté à tous les traitements.

Ils leur ont fait avaler des gélules contenant ce champignon sous forme de poudre. Dans un premier temps, sans surprise, les patients ont connu un intense délire psychédélique. [1] C’est le but premier des champignons magiques, me direz-vous.

Mais tenez-vous bien, une semaine plus tard, tous les participants à l’expérience étaient libérés de leur dépression. Trois mois plus tard, cinq d’entre eux n’avaient plus aucun symptôme du problème !!

Les résultats de cette étude ont été publiés dans la prestigieuse revue médicale The Lancet Psychiatry le 17 mai 2016. [2]

L’explication proposée serait que la psilocybine provoquerait la croissance de neurones nouveaux dans le cerveau.

Un succès sans aucun équivalent

« Il s’agit d’un succès sans aucun équivalent qui pourrait révolutionner le traitement de la dépression », selon Amanda Feiling, de la Fondation Beckley, qui a participé à l’étude.

« Pour la première fois depuis de nombreuses années, des personnes qui avaient épuisé toutes les pistes de traitements actuellement disponibles ont témoigné d’une baisse de leur anxiété, d’une montée de leur optimisme et de le leur capacité à jouir de la vie », a-t-elle déclaré. [3]

« Notre étude a montré que la psilocybine est sûre et qu’elle agit vite si elle est administrée avec soin », a expliqué dans la presse britannique le Pr David Nutt, ancien conseiller médical du gouvernement britannique. [4]

« Si elle est administrée avec soin » : cette condition est importante à souligner, en effet. Les champignons hallucinogènes provoquent, comme leur nom l’indique, des hallucinations, peuvent brouiller la vision, donner le mal de mer, provoquer de l’anxiété, de l’agitation et même des crises de paranoïa.

La personne peut s’imaginer menacée par des dangers qui n’existent pas et adopter des comportements dangereux, comme par exemple traverser une route passante en courant et sans vérifier que la voie est libre. Des cas de suicides et d’accidents causés par les champignons hallucinogènes ont été rapportés. En revanche, ces champignons ne sont pas empoisonnés, et il n’existe pas de cas répertorié de décès provoqué par les champignons eux-mêmes (des cas ont été signalés de personnes s’étant intoxiquées en mangeant de mauvais champignons en croyant que c’était des champignons magiques). [5]

Une thérapie qui pourrait (devrait !) être bon marché

Les champignons hallucinogènes utilisés dans cette étude sont communs et peu coûteux. On les trouve en Europe, en Amérique du Nord et en Asie. L’ingrédient actif, la psilocybine est présente dans environ 200 espèces de champignons de type basidiocmycète.

Dans un monde normal, la dépression pourrait être traitée avec ces champignons pour 35 euros par personne,selon le Pr David Nutt.

Cependant, les réglementations et procédures administratives sont si compliquées pour obtenir l’autorisation de les utiliser que le coût revient à 1750 euros par dose, soit 50 fois plus cher.

Il a dénoncé les procédures « kafkaïennes » imposées par les autorités, qui ont obligé son équipe à attendre 32 mois avant d’être autorisées à faire cette simple expérience.

Les autorités imposent des exigences irréalistes

Le problème également est que les autorités imposent des exigences irréalistes pour autoriser ce traitement.

Des années d’études et de procédures administratives vont être nécessaires pour qu’un jour, en 2040, voire en 2050, votre médecin vous propose le traitement.

Les 350 millions de personnes à travers le monde qui souffrent de dépression vont donc très probablement continuer à souffrir inutilement pendant des années.

Notre seule stratégie de défense est de faire circuler l’information. Faites savoir autour de vous ce qui est en train de se passer. Contribuez à briser le mur du silence !!

Les personnes gravement dépressives ont le droit d’être informées que ce traitement potentiel existe, et qu’il ne présente pas de danger particulier à partir du moment où il est pris sous étroite surveillance médicale.

C’est une information capitale quand on sait l’enfer que vivent les grands dépressifs.

Il faut avoir le courage de le dire, même s’il s’agit de champignons qui ont mauvaise réputation pour des raisons historiques et culturelles. Mais il n’y a objectivement pas de raison, pour moi, que les autorités privent arbitrairement les grands dépressifs de cette planche de salut possible.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

******************************
Publicités :


Les feuilles de corossol sont 1000 fois plus fortes pour tuer les cellules cancéreuses que la chimiothérapie!

Posted by: | Posted on: juin 1, 2016

Le Corossol, ou également connu sous le nom de Graviola, est un fruit exotique connu pour son goût unique dont beaucoup de gens disent qu’il est un croisement entre les fraises et les ananas. Ça a l’air délicieux! Mais en plus d’être savoureux, ce fruit possède des propriétés médicinales étonnantes. L’écorce, les feuilles, et la racine de corossol ont […]

Source : Les feuilles de corossol sont 1000 fois plus fortes pour tuer les cellules cancéreuses que la chimiothérapie!


Paradis fiscaux: le jackpot des banques françaises – Mediapart

Posted by: | Posted on: mars 17, 2016

Aux Bermudes, aux îles Caïmans, mais aussi au Luxembourg ou en Irlande, BNP Paribas, BPCE, Crédit agricole, Crédit mutuel-CIC et Société générale ont bien fait leur nid. Un rapport établit que leurs salariés, peu nombreux, y sont étonnamment productifs et amassent des millions d’euros. Qui sont en général peu taxés.

Mais que peuvent bien faire les banques dans les paradis fiscaux ? Cela fait des années que des ONG françaises (se) posent la question, et tentent de décortiquer les rapports annuels des établissements hexagonaux afin d’y dénicher une réponse. Pour la première fois cette année, leurs conclusions sont parfaitement informées sur l’activité des banques et de leurs filiales, partout dans le monde.

Le rapport publié mercredi 16 mars par le CCFD-Terre solidaire, Oxfam et le Secours catholique-Caritas (en partenariat avec la Plateforme Paradis fiscaux et judiciaires) s’appuie en effet sur les chiffres détaillés fournis par les banques elles-mêmes. La loi de séparation bancaire de juillet 2013 les a en effet contraintes à se plier au « reporting pays par pays », un concept inventé au début des années 2000 par les activistes du Tax Justice Network, et reconnu peu à peu par toutes les instances internationales.

L’an dernier, les banques avaient dévoilé quelques-unes des données concernant leurs filiales, mais il a fallu attendre ces derniers mois pour que l’obligation de publication touche tous les paramètres. Et les observateurs peuvent donc désormais savoir, pour chacune des banques, et pour presque toutes leurs filiales partout dans le monde, quelle y est la nature de leur activité, leurs effectifs, leur chiffre d’affaires et leur bénéfice, ainsi que les impôts payés et les subventions reçues.

Le rapport publié aujourd’hui analyse les chiffres 2015 fournis par les cinq plus grandes banques françaises : BNP Paribas, BPCE, Crédit agricole, Crédit mutuel-CIC, Société générale. Et les conclusions sont sans appel : un quart de l’activité internationale des banques françaises (13,5 milliards d’euros sur 53 milliards) est réalisé depuis des pays considérés comme des paradis fiscaux, réglementaires et judiciaires, et un tiers de l’ensemble de leurs filiales à l’étranger s’y trouvent (641 filiales sur 1 854). Pour cette étude, les ONG ont utilisé la liste des « paradis » établie tous les deux ans par le Tax Justice Network, tout en retirant les États-Unis et le Royaume-Uni, qui concentrent une grande partie de l’activité financière mondiale. Ce choix est offensif, et loin des listes établies officiellement par la France et l’Union européenne : quatre des dix territoires où les banques françaises déclarent le plus de bénéfices sont des États membres de l’UE…

Pour les auteurs du rapport, aucun doute, les indices concordent : « Les banques utilisent les paradis fiscaux à des fins d’évitement fiscal et réglementaire. » Premier indice, les banques françaises réalisent un tiers de leurs bénéfices internationaux dans les paradis fiscaux. Et le Luxembourg, trou noir de la finance européenne, « accueille à lui seul 11 % de leurs bénéfices internationaux ». C’est le Crédit mutuel-CIC qui se distingue le plus, avec 44 % de tous ses bénéfices internationaux déclarés dans des paradis fiscaux.

  • Des activités fort lucratives

Il faut dire que les activités bancaires sont 60 % plus lucratives dans les paradis fiscaux que dans le reste du monde. Les données sont très disparates : les activités de la Société générale y rapportent même plus de quatre fois plus que dans les autres pays. En Irlande, les activités de la Société générale dégagent même 18 fois plus de bénéfices que dans les autres pays et… 76 fois plus qu’en France, où elle exerce surtout des activités classiques de banque de détail (guichet, prêts aux particuliers et aux entreprises…). Le Crédit mutuel est la seule banque qui possède un taux de profitabilité plus faible dans les paradis fiscaux que dans les autres pays. Sans doute parce qu’elle exerce moins d’activités de banques de financement et d’investissement.

Certains cas ne peuvent par ailleurs qu’attirer l’attention : à six reprises, notamment aux Caïmans, le chiffre d’affaires déclaré est équivalent aux bénéfices dégagés ! « La banque n’a-t-elle aucune charge ou frais de fonctionnement dans ce territoire, tout en y dégageant des bénéfices ? Transfère-t-elle artificiellement ses bénéfices dans le territoire en question ? Ou alors profite-elle des souplesses réglementaires offertes par ces juridictions afin de se livrer à des activités spéculatives et risquées mais très lucratives ? » La réponse n’est pas évidente à apporter, mais « la déconnexion est alors patente entre les bénéfices dégagés et l’activité économique réelle ».

  • Bien moins d’employés

Ces chiffres sont fort curieux, d’autant qu’en moyenne, les banques comptent trois fois moins d’employés dans les paradis fiscaux que dans les autres pays. Certaines filiales fonctionnent même sans le moindre salarié. Les cinq établissements n’ont ainsi pas le moindre personnel aux Bermudes, à Chypre, aux îles Caïmans, dans l’île de Man et à Malte. « La palme des coquilles vides revient aux îles Caïmans : les cinq banques françaises y possèdent en tout 16 filiales, mais aucune n’y déclare de salarié, s’étranglent les auteurs du rapport. Pas même BNPP qui indique pourtant posséder deux banques qui relèvent de la banque de détail, ni le Crédit agricole qui y déclare 35 millions d’euros de bénéfices. » Explication ? Les îles Caïmans et les Bermudes sont réputées pour la facilité avec laquelle on peut y créer des « sociétés ad hoc » (« special purpose vehicle »), c’est-à-dire des coquilles vides « propices à un endettement démesuré sans que cela apparaisse dans le bilan comptable du groupe ».

Conséquence directe, les employés sont 2,6 fois plus productifs dans les paradis fiscaux qu’ailleurs. Ceux de la Société générale rapportent même « près de 12 fois plus de bénéfices dans les paradis fiscaux que dans les autres pays et 39 fois plus qu’en France »

  • Des pays spécialisés

Comment expliquer ces données ? « Les activités les plus risquées et spéculatives sont toujours situées dans les paradis fiscaux », rappelle le rapport. Par exemple, l’Irlande est sans conteste le pays où les salariés sont les plus productifs : ceux du groupe BPCE y sont 31 fois plus productifs qu’un salarié moyen de la banque et la productivité de l’employé irlandais du Crédit agricole est 147 fois supérieure à celle de l’employé français. Mais « ces chiffres traduisent moins une force de travail plus compétente en Irlande que la spécificité, à la fois réglementaire et fiscale, du territoire » : fiscalement, l’Irlande offre en effet un des taux d’imposition sur les bénéfices les plus bas d’Europe (12,5 %), d’importantes exonérations fiscales dans les domaines de la recherche et développement et de la propriété intellectuelle.

Et ce n’est pas tout. L’Irlande est également un paradis réglementaire : « Le pays a mis en place des normes juridiques réputées pour leur souplesse et fortement adaptées à des activités de marché très risquées », comme les sociétés ad hoc. Résultat, 75 % des filiales de BNP Paribas basées en Irlande – 15 sur 20 – sont dédiées aux activités de banques de financement et d’investissement…

  •  Très peu d’impôts à payer

Mais les banques ne s’implantent pas seulement dans les territoires offshore pour y développer des activités lucratives. Parfois, leur simple présence est aussi synonyme de jackpot. Les impôts qu’elles y payent sont en effet presque deux fois moins importants qu’ailleurs (16,8 % contre 30 %). Et dans 19 cas, les banques françaises ne paient même aucun euro d’impôt, bien qu’elles fassent des bénéfices. Cela peut être prévu par la législation locale (aux Bahamas, aux Bermudes, à Guernesey), ou non : la Société générale ne paye rien à Chypre ni en Irlande, ce qui signifie qu’elle a donc négocié un accord très avantageux avec l’administration fiscale locale. En Irlande, encore, seule la BNP atteint le taux légal de 12,5 % d’imposition, mais BPCE paye environ 6 % d’impôts et le Crédit agricole, 4 %.

  • Bientôt, toutes les entreprises ?

En conclusion, les auteurs du rapport soulignent à quel point les données fournies par les banques se sont révélées difficiles à analyser, soit parce que les données livrées en PDF ont nécessité d’être retraitées une à une à la main, soit parce que chaque établissement a établi ses propres règles pour déclarer ses activités, et que les données ont été compliquées à centraliser. Notamment, aussi étonnant que cela puisse sembler, parce que ce sont les banques elles-mêmes qui décident quelles filiales il est pertinent d’inclure à leur déclaration.

Sans compter que les données ne sont pas toujours dévoilées avec sérieux : « On relève des pays dans lesquels la banque indique avoir une ou plusieurs filiales et qui ne figurent pas dans le reporting pays par pays », regrettent les auteurs du rapport. Exemple, la BNP déclare avoir une filiale aux Bermudes, mais les Bermudes ne figurent pas dans la liste des territoires où BNPP est présente, selon son rapport. « Il est possible d’observer des anomalies similaires pour toutes les banques », assurent les observateurs des ONG. Néanmoins, veulent-ils croire, cet exercice « prouve que la transparence est possible et qu’elle ne représente ni un coût exorbitant ni une menace pour la compétitivité des banques ».

Le rapport appelle désormais de ses vœux l’obligation faite à toutes les entreprises de se plier au même exercice que les banques. Pour l’heure, les pays du G20 et de l’OCDE ont adopté en novembre dernier une obligation de reporting pays par pays pour les multinationales, mais réservé aux administrations fiscales, et donc non public. Pourtant, le Parlement européen avait adopté dès juillet 2015 un amendement en faveur du reporting public, puis rappelé à trois reprises son soutien au principe. Et la Commission européenne, pourtant dirigée par l’ex-premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, a annoncé qu’elle y était également favorable. Ne reste plus qu’à convaincre les chefs d’État européens…

En attendant, la France n’est pas décidée à se précipiter dans cette direction. Comme nous l’avons raconté en décembre, le gouvernement a manœuvré à l’Assemblée pour contrer deux votes des députés en faveur du reporting public. Pas question de devancer la décision européenne. Et le Conseil constitutionnel ne le pousse pas dans cette direction. On l’a déjà dit, le Conseil n’est pas particulièrement favorable à la lutte contre la fraude fiscale. Et dans une décision de décembre passée inaperçue, il a fait savoir qu’il estimait que « les informations transmises ne peuvent être rendues publiques » et qu’il voyait donc d’un mauvais œil le reporting public pays par pays. Les ONG françaises n’auront peut-être encore pour de longues années que les données des banques à se mettre sous la dent.

Source : Paradis fiscaux: le jackpot des banques françaises – Page 1 | Mediapart